Samuel's Corner

Lundi 2 Juillet 2012 - la journée des pantalons propres

trail-head Etape n° 10 trail-head

  • Départ: Pont de Trente (1616m)
  • Arrivée: Gîte du volcan (2261m)
  • Distance: 18.6 km
  • Cumul: 138.4 km
  • Durée (sans pauses): 6h02
  • Dénivelé: +1111m / -478m
  • Cumul: +10578m / -8380m
  • Profil:
    Cliquer pour voir en plus grand

Bourg Murat - Gîte du Volcan

Miam!Petit déjeuner royal le matin, puis nous nous préparons pour la montée au volcan, qui selon mes souvenirs consiste en une pente pas trop raide, sur un chemin sec et globalement non boueux (mais si si, je vous l'assure. Lisez le passage de 2009!). Jean-Jacques a d’ailleurs lavé ses pantalons boueux de la veille vu qu’il ne devrait pas les salir. Le beau-frère de l’invisible monsieur Le Bon arrive à l’heure prévue, et nous prenons place dans sa voiture. Claire est à nouveau chargée de protéger le trésor du chauffeur. Nous lui demandons de nous laisser où il nous avait pris afin de continuer notre traversée où nous l’avons laissée, mais il s’avère être difficile de faire arrêter notre chauffeur qui tient absolument à nous pousser un bout plus loin. Nous commençons ensuite la montée qui débute dans les champs.

Lorsque nous avions fait la traversée avec Matteo, nous avons plusieurs fois loupé des bifurcations, car le balisage du chemin est souvent très discret : il faut avoir l’oeil. Gauche ou droite?Mais cette fois avec le gps et le parcours de 2009, ce genre de problème a été presque totalement absent. Mais voilà qu’aujourd’hui, après quelques kilomètres de marche, un panneau de balisage du GRR2 à moitié dissimulé dans l’herbe est clair : il faut tourner à gauche. Pourtant mon gps indique clairement que Matteo et moi avions passé tout droit. En sortant la carte, il apparaît donc que nous avions loupé ce panneau avec Matteo, et avions suivi une variante du GRR2, qui rejoint le sentier principal au piton Textor. Cette fois, nous décidons de suivre le sentier officiel, qui passe par la forêt et plusieurs petits sommets. c'est une idée...Première étape : le Piton Rouge, et ça monte sec pour y arriver. "Dis, Samuel, tu ne nous avais pas dit que ça montait en pente douce ?" "Heu oui, mais on n’avait pas pris ce chemin !". Après être redescendu sur l’autre flanc du piton rouge, nous rencontrons une zone fortement boueuse, bien pire que le jour précédent. Marcher au centre du chemin est impossible, car les chaussures s’enfonceraient complétement. D’ailleurs, il y a des traces de personnes ayant marché pieds nus, ce qui semble être une solution, à part qu’il faudrait pouvoir se nettoyer les pieds une fois la boue finie pour pouvoir remettre chaussettes et chaussures. Nous prenons donc une approche différente, qui consiste à marcher sur les flancs du sentier, tout en s’accrochant aux branches des arbres qui bordent le sentier. Heureusement, après quelques centaines de mètres le chemin devient moins boueux. On rencontre d’autre passage boueux un peu plus loin, mais moins problématiques que le précédent. Bien sûr les pantalons de Jean-Jacques sont tout crottés. "Dis, Samuel, tu ne nous avais pas dit que le chemin n’était pas boueux ?".

Pas étonnant qu'il y ait des antennes de téléphonie mobile au piton TEXTOR!Une fois arrivés au piton Textor, nous nous arrêtons pour pique-niquer. Depuis là, le paysage est nettement plus minéral, et nous ne rencontrerons pas de boue. Nous arrivons ensuite à l’oratoire Ste. Thérèse et profitons d’un panorama totalement dégagé sur le piton de la Fournaise, le plateau de la rivière de l’Est, et au fond, l’océan indien. Nous arrêtons quelques instant pour profiter de la vue et manger une pomme. On aperçoit le gîte, mais il semble encore assez loin.

On descend ensuite sur le plateau des basaltes, puis ensuite jusque sur la plaine des sables, vaste étendue minérale, que nous traversons. Nous arrivons ensuite au gîte, sous un soleil radieux : point de nuage aujourd’hui, et nous pouvons profiter de lire dehors jusqu’au coucher du soleil. Par contre, dès qu’il disparaît la température chute de manière vertigineuse, autant dehors qu’à l’intérieur du dortoir.

Mercredi 15 Juillet 2009 - De végétal à minéral...

Au réveil, même topo que le soir: temps écossais de catégorie 3. Mais tout d'un coup, le soleil fait une timide apparition, le temps d'apercevoir les montagnes environnantes et de s'assurer que nous sommes toujours à la Réunion. Quand on part, le soleil est bien là: tant mieux! La plaine des Cafres se présente donc sous un jour bien meilleur, et il est très agréable de progresser le long du sentier. Il y a certes un passage un peu boueux, mais ce n'est rien comparé à hier.

Des vaches!L'itinéraire commence sur des prairies grasses sur lesquelles se prélassent des troupeaux de vaches. Pour passer de champs en champs des échelles en V inversé de 4 ou 5 marches permettent de franchir les clôtures. Si certaines sont en bois massif et facile à passer, d'autres en métal et mal fixées sont plus délicates à négocier. Il est certain que les vaches ne savent pas gravir les échelles, mais (c'est en tout cas le cas de leurs consoeurs helvétiques), elles ne devraient pas non plus être capable de franchir ces petits tourniquets qui poussent dans nos champs, et ces derniers sont tellement plus agréables à franchir pour les piétons.

De plus en plus de caillouxIl y a 900m de dénivelé à franchir pour atteindre le gîte du Volcan où nous dormirons ce soir (l'absence de point d'eau et de ravitaillement nous pousse à temporairement abandonner le camping). Mais une fois n'est pas coutume ce dénivelé s'effectue en pente douce, sur un chemin facile à parcourir. Au fur et à mesure de notre progression, nous quittons le paysage essentiellement végétal de la plaine des Cafres pour un monde de plus en plus minéral, bien que la verdure demeure encore bien présente.

Le volcan reste bien caché jusqu'à ce que nous parvenions à l'oratoire Ste Thérèse où nous pique-niquons. De là, superbe vue sur la plaine des sables et le volcan, même si la brume s'amuse à nous cacher la vue de temps en temps... Lors de la traversée de la plaine des sables, la végétation s'efface presque totalement. Des cristaux de glace sur le sol laissent à penser qu'il ne fait pas chaud la nuit par ici.

Miam!Nous arrivons au gîte avec le soleil, mais les nuages ne tardent pas à nous englober. Souper au gîte le soir: le repas nous apparaît princier par rapport à nos habituels pâtes ou riz. Nous allons ensuite rapidement nous coucher, car cette magnifique étape sous le soleil nous aura tout de même bien fatigués: après le rhum arrangé accompagnant le dessert, nos yeux se fermaient tout seul.

Photos, carte et profil

Photos 2012

Vue sur la plaine des cafres

Vue sur la plaine des cafres

A l'oratoire Ste-Thérèse

A l'oratoire Ste-Thérèse

Sur la plaine des sables

Sur la plaine des sables


Photos 2009

Montée au volcan

Montée au volcan

Premier coup d'oeil sur le Piton de la Fournaise

Premier coup d'oeil sur le Piton de la Fournaise

La plaine des Sables

La plaine des Sables


Profil de l'étape du jour:


profil étape 10


Carte de l'étape du jour: