Samuel's Corner

Main Menu

Random Picture

Montée au volcan

Montée au volcan

Mercredi 4 Juillet 2012 - la journée de la descente

trail-head Etape n° 12 trail-head

  • Départ: Gîte du volcan (2261m)
  • Arrivée: Gîte de Basse Vallée (624m)
  • Distance: 17.9 km
  • Cumul: 169 km
  • Durée (sans pauses): 6h37
  • Dénivelé: +222m / -1868m
  • Cumul: +11520m / -10968m
  • Profil:
    Cliquer pour voir en plus grand

Gîte du Volcan – Gîte de Basse Vallée

Aujourd’hui, descente vertigineuse depuis le volcan vers le gîte de Basse-Vallée 1868 mètres plus bas. Contrairement aux 2 jours précédents, la brume est montée jusqu’au niveau du gîte. Mais vu que nous sommes plus tôt que d’habitude, en prévision de l’étape assez longue, et que le soleil n’est pas encore levé, nous espérons que sa chaleur aura tôt fait de disperser le brouillard. Il n’en n’est malheureusement rien, et après le petit déjeuner, nous partons dans une atmosphère fraîche et humide. Après 12 jours de soleil radieux, on ne va pas se plaindre pour quelques heures de mauvais temps!Après quelques minutes, le vent se lève et il commence à faire vraiment froid, puis le brouillard tourne au crachin, et il faut vite sortir les vestes imperméables. Décidément, il faudra que je retourne à la Réunion une troisième fois, si je veux voir le volcan depuis le sommet du rempart en direction du piton de Bois Vert. Car comme lors de mon précédent passage, on ne voit pas à 10 mètres, et cette fois en plus, ça mouille et il fait froid.

Ca va descendre sec. J'espère qu'on a de bons freins!Nous arrivons assez rapidement au piton de Bois Vert, qui marque le début de la descente. En effet, si nous avons déjà parcouru environ 8 kilomètres, nous sommes toujours à l’altitude de départ, c’est dire si la descente sera raide. Mais on a tout notre temps. Dès que l’on descend un peu, on passe sous les nuages. Le soleil apparaît, et il est temps de ranger les vestes imperméables.

Le paysage est magnifique : le temps est maintenant complétement dégagé et l’on aperçoit la mer tout en bas. A notre hauteur s’élève une multitude de petits cônes volcaniques enfouis dans la végétation qui se résume à des petits buissons.

Mais au fur et à mesure que nous descendons, les arbres deviennent de plus en plus grand, et nous nous retrouvons rapidement dans une forêt tropicale dense et humide sur un sol de lave : tout est vert et noir ! A environ 1 heure du gîte, quelques gouttes se mettent à tomber. Difficile de savoir ce que cela va donner et si ça vaut la peine de sortir les imperméables. Les francophones ont de la chance de ne recevoir que des cordes!On les met quand même, et si on avait su, on aurait aussi mis les pantalons, car les quelques gouttes se transforment rapidement en une pluie tropicale torrentielle, ce que ne nous empêche tout de même pas de ramasser quelques goyaves ici et là. Le kiosque au pied duquel Matteo et moi avions dormi en 2009, nous fournit un abri à point nommé, puisque la pluie redouble d’intensité lorsque nous l’atteignons. Nous sommes d’ailleurs bientôt rejoint par deux autres randonneurs qui étaient aussi au gîte du Volcan. C’est l’occasion de faire une petite pause et de manger quelque chose. La pluie s’arrête enfin (ou du moins se réduit à presque rien) et nous en profitons pour parcourir la dernière demi-heure qui nous sépare du gîte.

This place gives me the creeps comme dirait l'autre...Le gîte de Basse-Vallée est situé dans un endroit décidément bien humide, et la pluie de cet après-midi qui nous a parue torrentielle n’a semblé être qu’une petite averse pour la gardienne, qui nous explique qu’il est impossible de faire sécher la lessive et que les draps moisissent... Chouette ! Le gîte est un peu glauque et manque d’entretient. Dans la salle-de-bains dont la lumière marche, la douche est fichue, et dans celle dont la douche marche, il n’y a pas de lumière (ça ne semble pas bien difficile de changer une ampoule non ?). Je suppose que c’est le mari de la gardienne qui est responsable de ça, et à le voir, c’est pas près d’être réparé...

Vendredi 17 Juillet 2009 - Une descente vertigineuse

C'est un peu tôt pour les crêpes!On se lève un peu plus tôt que prévu, la faute à la personne dormant au-dessus de Matteo et qui se retournait comme une crêpe depuis 4h du matin, fait que j'avais d'abord faussement attribué à Matteo (J'avais toutefois une bonne raison de le soupçonner). On quitte donc la chambre vers 6h30, faute de pouvoir dormir. Ahh, la tranquillité du bivouac n'a pas de prix... Après un café et munis une fois encore de nos copieux pique-niques, nous nous mettons en route.

De 2300 mètres d'altitude, nous devons redescendre jusqu'à 700m. Comme hier, nous nous situons à la limite supérieure des nuages, mais ceux d'aujourd'hui sont plus tenaces et il fait assez froid. Nous longeons le rempart vers le Sud-Ouest, mais bien que nous devrions bénéficier de jolies échappées sur le volcan, la brume sans cesse mouvante garde le cône et le fond de l'enclos cachés à nos yeux. Le ciel se dégage lorsque nous commençons notre plongée vers la côte, qui débute quelque peu dans la boue et nous fait craindre le pire. Il faudra encore décrotter nos chaussures!L'endroit s'appelle Foc-Foc, et c'est exactement le bruit que nos chaussures font sur le sol. Donc une fois encore, voici un nom super bien trouvé. Toutefois, le sol redevient rapidement pierreux et sans terre, et par moment, nous marchons sur de véritables serpents de lave solidifiée.

Forêt humideLa végétation commence à reprendre ses droits et colonise les nombreux petits pitons volcaniques qui se trouvent dans la pente. Le paysage est magnifique et s'étend jusqu'au bord de la mer, 2000m en contrebas. Plus on descend plus les arbustes grandissent jusqu'à devenir plus hauts que nous. En quelques mètres, la végétation change brusquement du tout au tout, et nous pénétrons dans une épaisse forêt vert-foncé et plongée dans une brume moite et dégoulinante. La progression est un peu ralentie, mais la beauté du chemin mérite bien ces quelques petites difficultés.

A 700 mètres d'altitude, nous trouvons un kiosque avec une zone de gazon plate à côté: le coin parfait pour notre dernier bivouac. Le gîte de basse-vallée n'étant pas loin, je vais chercher des bières fraîches et des flûtes (bonbons en créole) et nous nous installons pour la soirée.

Photos, carte et profil

Photos 2012

Puys Ramond

Puys Ramond

Vue sur la côte

Vue sur la côte

Forêt tropicale sur la route vers Basse-Vallée

Forêt tropicale sur la route vers Basse-Vallée


Photos 2009

Descente sur Basse Vallée

Descente sur Basse Vallée

Le sud sauvage

Le sud sauvage

Le sud sauvage

Le sud sauvage


Profil de l'étape du jour:


profil étape 12


Carte de l'étape du jour: