de la responsabilité d’être le “designated driver”

Trajet: Akureyri-Stykkishólmur

Au matin, Matteo part à la recherche d’une boulangerie, ce qui nous permet de savourer un petit déjeuner meilleur que d’habitude. On visite Akureyri le matin, mais même si c’est la seconde ville du pays, ça reste assez petit. Le seul point original se trouve dans le symbole de la ville : un coeur rouge. On en voit partout; même les très officiels feux de circulation sont en forme de coeur quand il sont rouges. Repas de midi dans une pizzeria qui avait un atout de taille: ils diffusaient des épisodes de “Friends” (à défaut d’une bonne pizza…).

Nous partons ensuite pour la péninsule de Snæfellnes au bout de laquelle se trouve le volcan qui inspira Jules Verne pour Voyage au centre de la Terre. Il y a pas mal de route à faire, et le ciel est toujours dépourvu du moindre nuage.

Je profite de cette étape routière pour une parenthèse sur la musique en voiture. Nous avons peuplé notre chargeur 6 CD d’œuvres qui — une exceptée — ne sont pas du goût de Matteo qui a donc tendance à subrepticement manipuler les commandes de l’installation stéréo, qui est du coup pas mal biaisée. Étant d’une nature moins patiente que mes collègues, je profite donc d’être à la place du mort pour annuler une de ces manipulations intempestives, ce qui irrite Matteo dont le jeu est exposé publiquement. Peut-être n’aimait-il pas le CD qui passait, dont l’illustration équivoque du premier titre n’était pas à son goût de chauffeur. Il faut dire que bien qu’à ce moment nous faisions 100km de route non-goudronnée Matteo nous a conduit comme un chef et personne n’a du mettre la tête à la fenêtre.


Nous arrivons à Stykkishólmur, et après le souper, nous allons contempler le coucher du soleil, histoire de profiter du beau temps. Combien de temps ça durera?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

code