La course au Bivouac

Kasbah au bord du M’Goun – Chez la gouvernante

Depuis le passage au sommet du M’Goun, nous voici dans une région légèrement plus touristique puisque les emplacements de bivouacs sont aussi occupés par d’autres groupes, alors que nous n’avions croisé personne le long de la Tessaout. Or il semblerait que le bivouac prévu pour ce soir offre une place bien meilleure que les autres, mais encore faut-il arriver les premiers. Nous partons donc plus tôt que les jours précédents: 7h30 voire même 6h30 si on prend en compte le retour à l’heure d’hiver imposé par le Ramadan. Autant dire que dans les campements qui nous entourent, les touristes sont seulement entrain d’émerger.

Lahcen

D’ailleurs vue que l’on croise d’autre groupes, on a aussi l’occasion d’apercevoir leurs muletiers. Et force est de constater que notre équipe de muletiers qui sont des berbères nomades ont quand même bien meilleure façon, que ceux des autres groupes qui ont plutôt l’air d’étudiants de Marrakech qui font un petit boulot d’été…

L’étape du jour est partagée entre marche dans la rivière, à travers les jardins (comprendre les champs) et les villages.

Maman communique avec Mule la mule

Finalement lorsque nous arrivons au village du Bivouac, nous découvrons que nos muletiers ont réussi leur mission et “sécurisé” la meilleure place de bivouac, gérée par la gouvernante du village.

Village dans l’Atlas, le long de la rivière M’Goun

Lorsque le soleil se couche, nous prenons le petit-déjeuner avec Brahim et les muletiers (et oui, pour eux, c’est le début de la journée), puis une soupe, et enfin le plat de résistance (que les muletiers eux prendront plus tard). Mais pour nous, cela fait beaucoup de nourriture à avaler d’un coup.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

code