des origines de la révolution française

Trajet: Kirkjubæjarklaustur-Laki-Kirkjubæjarklaustur

Aujourd’hui, nous décidons de prendre le bus en direction de Laki, site d’une éruption historique en 1783 qui eût de nombreuses conséquences catastrophiques, dont la mort de 2/3 du bétail de l’Islande et de 20% de sa population. Le nuage de cendre eût un impact négatif sur les récoltes de toute l’Europe, ce qui conduisit à une famine généralisée et à un mécontentement populaire, qui serait à l’origine de la révolution française. Ceci dit, si lorsque le peuple assiégeait Versailles, Louis XVI avait dit : “Cassez vous pauvres cons”, le cours de l’histoire aurait pu être grandement modifié.

Ursina préfère une journée tranquille de récupération du trek, et donc Florent aussi… Au programme pour eux: Piscine et… notre lessive (encore merci!)

Vue sur les cratères de Laki, siège d’une éruption catastrophique en 1783

C’est donc Daniel, Matteo et moi qui nous réveillons un peu plus tôt pour aller prendre le bus à 9h30 à la station service selon l’édition mai 2010 du Lonely Planet. Mais vers 9h10, je tombe par hasard sur un panneau indiquant le départ du bus à 9h00: Oups! Florent nous amène en vitesse à la station service, et par chance le bus est encore là et nous y embarquons in extremis. Il pleut un peu lorsque nous sortons du bus pour un premier arrêt le long d’un canyon. Lorsque nous atteignons le sommet, il se met à pleuvoir à verse, et nous voici tout trempés de retour au bus. La pluie s’est bien installée, mais la visibilité reste bonne à travers les vitres du bus, même s’il faut régulièrement les essuyer pour enlever la buée. Mais par chance, lorsque nous arrivons au mont Laki, la pluie a cessé et la visibilité bonne. Nous montons au sommet pour découvrir un paysage des plus surprenants parsemé de cratères, de lacs, de champs de lave et de mousse, ainsi qu’un nuage de pluie qui approche. A peine de retour au bus, la pluie reprend de plus belle, et c’est en sa compagnie que nous faisons une balade d’une heure dans une coulée de lave. Sur le chemin du retour, le bus doit négocier prudemment les traversées de rivières dont la pluie a gonflé le débit.

L’équipe de monstres: Samuel
L’équipe de monstres: Ursina
L’équipe de monstres: Florent
L’équipe de monstres: Matteo

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

code