Hmmm, la bonne odeur d’oeuf…

Réveil à 4h30 pour aller au Kawah Ijen, un cratère duquel est extrait du soufre. Je ne sais pas si c’est une coïncidence ou le fruit du sens de l’humour indonésien, mais la carton du petit-déjeuner contient un œuf dur. En plus, il y a 3 tranches de pain toast emballés dans un film alimentaire, et de la confiture dans un sachet zip-lock. Le toaster souffre du même problème que les précédents modèles rencontrés…

Transfert en minibus au pied du Kawah Ijen, et départ pour 3.4km de montée raide jusqu’au bord du cratère. Les collecteurs de s’activent portant des doubles paniers remplis de 60 à 80 kg de soufre jaune pétant. De loin, on dirait de petites abeilles qui récoltent du pollen.. On descend au fond du cratère et l’odeur est assez insupportable. La vapeur soufrée pique les yeux et irrite les poumons, ce qui n’a pas l’air de déranger nos petites abeilles. Au fond du cratère, un lac dont l’eau bleue a une couleur presque psychédélique. Malgré la couleur suspecte, Daniel va y tremper la main…

Au fond des forges de l’enfer

 

Cratère du Kawah Ijen

On se balade ensuite au sommet du cratère avant de redescendre. Les porteurs chargés comme des mulets réclament cigarettes et biscuits. De retour au pied de la montagne, on décide de rentrer à pied à l’hôtel. La route commence dans la forêt (dont un bout est en feu, ce qui ne semble pas inquiéter qui que ce soit). Ensuite on arrive dans les plantations de cafés et des petits villages dont nous sommes l’attraction (Hello Mister!).

Pic-nique pas folichon composé de crackers et d’une sorte de « fromage », mais c’est mieux que le petit-déj, et probablement mieux que le repas du soir… Les derniers km sont moins intéressants et un peu longuets, d’autant plus qu’il faut faire un détour pour atteindre l’hôtel.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

code