la journée des arbres en pont

Plaine des Chicots – Roche Écrite – Dos d’âne

Nous prenons le petit-déjeuner vers 6h30, afin de commencer la journée assez tôt pour monter à la Roche Ecrite. Le gîte est pris dans les nuages, mais tout change tellement vite qu’il ne faut pas désespérer. En effet, à peu près au milieu de la montée, les brumes se dissipent et le soleil fait son apparition.

Point de vue de la roche écrite (2276m)

L’arrivée au point de vue est assez impressionnante. En effet, nous montons depuis Saint-Denis sur une pente assez régulière, ce qui fait que l’on ne voit qu’une pente qui monte lorsque l’on regarde devant nous, bien que l’on sache que les cirques de Mafate et Salazie se trouvent quelque part devant. Et tout à coup, en quelques mètres, on arrive au sommet et la vue se découvre sous nos pieds avec plus de mille mètre de vide et un panorama à couper le souffle. Le cirque de Salazie restera malheureusement sous les nuages, mais celui de Mafate s’offre à notre regard, et l’on voit certains des îlets que nous traverserons au cours des prochains jours. Plus au fond, l’omniprésent massif du piton des neiges, ainsi que le col du Taïbit, et tout à l’arrière plan sur notre gauche, le volcan que nous atteindrons vers la fin de notre périple.

Arrivée au gîte de la pleine des chicots lors de notre descente depuis la roche écrite

Après avoir contemplé le panorama à satiété, il est temps de redescendre au gîte pour récupérer nos affaires. Le gardien du gîte est plus causant aujourd’hui et nous demande si les cirques étaient découverts et où nous allons. En fait, je pense que son apparente antipathie soit plutôt une sorte de réserve et de timidité.

Départ ensuite vers Dos d’Âne sur un sentier loin d’être facile. Mais au moins, le chemin est magnifique et passe dans des forêts touffues, avec un grand nombre d’arbres courbés qui forment des ponts en travers du chemin sous lesquels il faut passer. Par contre, bien que le parcours soit globalement en descente, il suit la crête qui borde le cirque de Mafate, et est parsemé de nombreuses montées et descentes assez abruptes. Lors des montées, il faut parfois progresser à 4 pattes pour monter des marches de taille inhumaines, et dans les descentes, il faut faire attention de ne pas glisser.

Une bibe

Après plusieurs heures de ces montagnes russes dans une forêt qui nous fait perdre nos repères, le panorama s’ouvre devant nous. Nous longeons une crête avec du vide des deux côtés : à gauche, le cirque de Mafate et son relief incroyable ; à droite le village de dos d’âne. Le chemin descend assez abruptement, et nous réserve encore une surprise, puisqu’il faut encore re-monter sur le cap noir, pour finalement descendre sur le village. Ce fût une assez longue étape, magnifique pour les yeux, mais un peu dure pour les jambes, et nous sommes bien contents d’arriver à l’auberge du “Cap Noir”, chez Raymonde Pignolet. C’est un peu la bastringue lorsque nous arrivons, car de nombreuses personnes font la fête en l’honneur d’une confirmation. Nous nous douchons donc avec la compagnie créole (oui oui, « Ca fait rire les oiseaux et chanter les écureuils… ») et de Bob Marley à fond les manettes. Heureusement, ça se calme un peu, et les visiteurs partent avant que ce ne soit l’heure du souper.

La propriétaire, Mme Pignolet, ressemble sur plus d’un plan à notre ancienne voisine Georgette (qui sait, elles sont peut-être soeurs), qui parlait beaucoup sans que cela ait toujours un sens. Quoi qu’il en soit, elle nous avait préparé un excellent repas, à un détail près : elle avait fait à manger pour 10, et nous n’étions que 3 (en ça aussi elle ressemble à Georgette). Donc si nous avons fait honneur à sa première et deuxième entrée, nous n’avons pas fini le plat principal, car nous aurions explosé. Le problème, c’est qu’elle nous encore amené un dessert, et pas des plus légers : mousse de patate douce avec du chocolat fondu dessus. Mais comme elle nous l’a dit : “C’est plus léger que le gâteau” (mais oui c’est ça…). Et vu qu’elle est restée à table pour discuter avec nous, nous avons été obligés de finir jusqu’à la dernière cuillère. C’était bon, mais nous n’avions vraiment plus faim.

Profil -Étape n° 2

  • Départ: Plaine des Chicots (1841 m)
  • Arrivée: Dos d’Âne (1090 m)
  • Distance: 17.2 km
  • Cumul: 34.8 km
  • Durée (sans pauses): 6h57
  • Dénivelé: +738m / -1487m
  • Cumul: +2596m / -1564m

 

One Reply to “la journée des arbres en pont”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

code