Une biscuiterie qui laisse à désirer…

Torrent Bay Village – Awaroa

Pont suspendu sur Falls River
Pont suspendu sur Falls River

Au petit-déjeuner, on mange la seule sorte de kiwi qu’il est légal d’ingérer en Nouvelle-Zélande: le fruit aux trop nombreuses graines. Deux mouettes imbéciles nous regardent manger et semblent dédaigner les pelures de kiwi. Ensuite, en route pour l’étape du jour, entre Torrent Bay Village et Awaroa. A nouveau, il fait grand beau, voire même un peu trop chaud dans les montées. Même s’il serait l’heure d’une petite pause, nous ne nous arrêtons pas à sandfly bay, vu le nom peut accueillant, et de toute façon, ce ne sont pas les petites baies et plages qui manquent.

Kiwi degustation guide

Après 20km de marche, nous arrivons au camping assez spacieux et encore totalement vide. Nous avons tout loisir pour choisir l’emplacement parfait qui nous permettra de bénéficier du soleil le plus longtemps possible. Ce n’est qu’une fois la tente montée que nous réalisons notre petite erreur : nous sommes dans l’hémisphère Sud, et le soleil est donc au Nord… Oooops ! Survient ensuite un couple d’allemand qui a l’air passablement épuisé. Malgré le camping totalement vide, ils décident de planter leur tente juste à côté de nous. C’est peut-être par ce que l’on a l’air sympathique dis-je à Daniel, lequel doute de ma théorie.

I think our tent is magnetic

Nous ouvrons un nouveau paquet de biscuit que Daniel a choisi au super-marché : une sorte de petit-beurre avec un fourrage au citron. Cela s’avère être un truc infâme avec du sel (est-ce un apéro ou un dessert ? Dans le doute, nous appelons cette chose « Apessert ») qui s’ajoute à ma longue liste de biscuits immangeables dont les kiwis semblent friands (la palme d’or revient aux biscuits Arnott’s Timtam chocolat noir et menthe qui ont fini dans ma poubelle). Les cookies sont les seuls biscuits vendus en nouvelle-zélande qui sont sans danger pour la santé physique et mentale du consommateur. Nous aurions dû téléphoner à Florent qui doit nos rejoindre dans quelques jours pour qu’il charge son sac de biscuits Kambly.

Profil du Trek

Ligne de défense contre les rats

Marahau-Torrent Bay Village

Première étape de notre randonnée dans le parc d’Abel Tasman, entre Marahau et Torrent bay Village. Sous le soleil radieux, la mer apparaît bleu-vert et le sable jaune pétant. A cela s’ajoute le vert de la forêt : ça ferait presque mal aux yeux. Nous tombons bien vite sur un panneau explicatif qui n’aurait pas paru déplacé dans un musée sur la seconde guerre mondiale, tant il ressemblait à ces cartes de bataille stratégiques indiquant le mouvement des troupes. Mais ce dont il est question ici, c’est de la ligne de défense… contre les rats qui menacent certaines espèces endémiques.

Abel Tasman. Point de vue à proximité d’Anchorage

En conséquence, de véritables lignes de trappes sont installées tout au long du chemin (il semblerait que la plus grande cause d’introduction de rats soient dû aux élèves qui effectuent la randonnée avec leur école et qui emportent leur rat avec eux, lequel s’enfuit à un moment ou un autre…). Nous nous arrêtons ici et là sur des plages désertes (une fois l’école de kayak partie) et nous finissons l’étape par la traversée de l’estuaire de Torrent bay, que l’on ne peut traverser que deux heures de chaque côté de la marée basse. Toutefois le ranger qui vient contrôler notre ticket de camping traverse allègrement bien en dehors de cette fenêtre de sécurité. Il porte d’ailleurs une sorte de mini shorts afin de ne pas se mouiller les habits.

The art of tidal crossing

Profil du Trek

Un vin pas très clair

Nelson – Marahau

Une fois la voiture de location récupérée (ne pas oublier de rouler à gauche), nous remontons en direction du parc d’Abel Tasman. Très judicieusement, nous nous arrêtons en route pour acheter de l’anti-moustique, Daniel n’ayant pas pris notre traditionnel Anti-Brumm Forte (à base de DEET), qui a jusqu’à présent toujours réussi à tenir les monstres les plus vicieux à distance (moustiques norvégiens et indonésiens, midges écossais, etc.). La pharmacienne nous explique que le DEET est cancérigène, cause la chute prématurée des dents de sagesse et augmente la probabilité d’attraper la tuberculose. Elle nous propose donc un produit à base de picaridin plus cher et (semble-t-il) tout aussi efficace. En tant que bons scientifiques, nous sommes bien sûr intéressés par une nouvelle expérience, d’autant plus que la picaridin n’attaque pas le plastique à l’inverse du DEET, comme une de mes swatches s’en souvient douloureusement.

Nous arrivons en fin d’après-midi à Marahau d’où part le trek d’Abel Tasman. Daniel ne marque pas de points avec la serveuse du bistrot en traitant la nouvelle-zélande de « U.S.-like country ». Mais remis dans le contexte, ce n’était qu’un malheureux lapsus, et elle nous a quand même fait payer la bière au prix de l’happy hour, bien que nous soyons 1 minute trop tard.

Repas au camping avec des légumes (on en aura moins/pas pendant la randonnée), de la viande, et du vin qui a été clarifié au lait et aux oeufs. En conséquences, des traces de ces deux produits peuvent subsister… Bon à savoir… Mais étonnamment, il était très bon ! Il s’agit d’ailleurs d’une technique commune (mais pas très connue du public, car les producteurs européens ne s’en vantent pas) qui consiste à utiliser du blanc d’oeuf (ou d’autres choses pires encore, comme du sang) afin de faire floculer des particules en suspension, ou précipiter des molécules dissoutes responsables de l’aspect trouble. En Nouvelle-Zélande, il semble que le recours à cette technique doit être mentionné sur l’étiquette…

An unexpected dwarf

Auckland – Nelson
Le vol de Daniel a 30 minutes de retard. Pour moi, ça veut dire encore une demi-heure à passer dans le hall d’arrivée de l’aéroport d’Auckland en compagnie d’un type déguisé en nain qui souhaite à la bienvenue en terre du milieu à tous les touristes qui débarquent. La sortie du film “le Hobbit” de Peter Jackson, est imminente, et selon les lois néo-zélandaises, personne ne doit l’ignorer. Mais à la longue, le faux nain (>175cm) devient légèrement irritant. Heureusement que Daniel passe rapidement à travers les formalités douanières et les redoutables agents de la bio-security police. Il faut dire que ses souliers de marche bien lustrés lui servent de carte blanche, et ni la tente ni la fondue Gerber ne sont examinées en détail par les terribles cerbères.

Nous voici donc bien vite dans un vol pour Nelson, suivit d’un court transfert vers notre hôtel. Lors du repas du soir, nous profitons pour goûter le vin local, ce que je n’avais pas trop eu l’occasion de faire durant mes 3 mois au département de bio-ingénierie, mes collègues étant plus bière que vin. (Il semblerait qu’il soit dans le ton pour le mâle kiwi moderne de « dire non au vin », c.f. video ci-dessous)