Finding Nemo

Trajet autour de Townsville jusqu’à notre départ : ~45km

Départ tôt le matin pour aller prendre le bateau qui nous mènera à la grande barrière de corail. Seconde sortie de nos T-shirts suisses. Les 2 heures de bateau qui nous séparent du massif corallien se révèlent assez agitées et le bateau tangue pas mal. Plusieurs sacs à régurgitations ont été remplis par certains passagers (beurk). Arrivés sur place, nous laissons Florent qui s’était inscrit à un baptême de plongée, et Matteo et moi partons avec nos palmes, notre tuba et notre masque (dans lequel nous avons consciencieusement craché comme nous l’a conseillé le staff) à la découverte du récif et de ses habitants : un vrai festival de couleurs! Après plus d’une heure passée dans l’eau, c’est l’heure d’en sortir pour manger. Bien que l’eau ne soit pas trop froide, le snorkeling implique de rester presque immobile dans l’eau, et vu que mon tissu adipeux n’est pas très développé, j’ai quelques problèmes d’isolation et tremble comme une feuille pendant au moins 15 minutes après être sorti de l’eau. Difficile de se servir de nourriture au buffet!

En fin d’après-midi, on effectue la traversée du retour sur le pont supérieur pour échapper aux éventuels crises de vomi des autres passagers. Le tangage rend les déplacements sur le pont assez difficiles, et on avance comme si nous étions “tout bourré”.

Enfin la côte

Trajet : Pentland-Townsville : 289 km

Quelques centaines de kilomètres séparent Pentland de Townsville sur la côte, et nous y arrivons dans la matinée. Après s’être installés au camping, nous parcourons à pied les 5 km qui nous séparent du centre ville en longeant la côte. Le bord de mer est très bien aménagé et bordé d’arbres expansionnistes (verdus tentaculus vulgaris) qui possèdent des racines partant des branches pour s’ancrer dans le sol et soutenir l’arbre, ce qui lui permet de s’étendre horizontalement. En ville, on s’inscrit pour une excursion de snorkeling sur la grande barrière de corail le lendemain. Pose boisson le long du mall, vite interrompue par un petit gamin vomisseur.

De retour au camping, nous nous préparons à manger un barbecue, puisque le site est équipé de deux engins à gaz. Manque de chance, la bonbonne du premier semble être vide et la réception déjà fermée. Quant au second, il est occupé par un immense groupe. Nous souvenant d’avoir vu des barbecues publics le long de la mer, on s’y rend en voiture avec notre viande et nos chips, mais impossible de faire démarrer les damnés machins, ceux-ci étant probablement reliés à une minuterie pour ne pas être utilisés pendant la nuit. Retour au camping avec notre viande, en espérant que le grand groupe aura fini. C’est le cas, et nous avons enfin pu cuire notre viande. Enfin presque… Le feu étant d’une puissance micro-wattique, la viande a plutôt bouilli que cuit.

Nouveau départ

Trajet : Mt. Isa-Pentland : 671 km

Le matin à 10h30 notre poubelle est réparée, mais elle reste tout de même une poubelle (y a pas de miracles…). Le garagiste sympathique a bien mérité la bouteille que nous lui apportons en guise de remerciement. Sans son aide, on aurait été bloqués plus longtemps. Notre progression vers l’Est continue, mais la côte est trop loin pour être atteinte aujourd’hui encore. Vers 19h00, nous arrivons à Pentland, avec sa rue, son camping et son motel. Le restaurant du motel ayant l’air trop glauque pour que l’on s’y aventure, on mange au petit bistrot du camping, fort sympathique.

Chouette journée

Trajet : Mt. Isa Camping-Mt. Isa garage : 1 km

Première chose à faire le matin : écouter le récit de la rentrée de Florent, et bien sûr téléphoner à l’Agence de location suspecte et arnaqueuse, ci après dénommée “☠”, pour leur annoncer la panne et arranger la réparation. Mais comme ils ne sont pas très matinaux à ☠, on est forcés de patienter jusqu’à 10 heures, et on en profite pour aller voir quelques garages pour se renseigner sur la faisabilité d’une telle réparation. Par chance, à la seconde tentative, on tombe sur un garagiste et sa fille qui semblent sympathiques et serviables. Lors de notre premier téléphone à ☠, surprise : la bonne femme qui nous a loués la voiture n’a aucune autorité sur la question et veut que l’on attende la venue du mécano qui doit, si tout va bien, se pointer à 1500. Ne voulant pas perdre un jour entier, on essaye de négocier pour au moins amener la voiture au garage que l’on a déjà visité pour voir quel type de pompe doit être commandé. Première question de la greluche : “Mais ça va coûter combien ?”. Le garagiste sympathique se charge de téléphoner à ☠ pour expliquer ce qui doit être fait et ce que ça coûtera. Évidemment, à ☠, ils trouvent ça trop cher, et le mécano, qui a été atteint par téléphone propose même que l’on reparte sans pompe à eau !!! Heureusement le garagiste sympathique se charge d’engueuler ☠ et de leur faire comprendre que réparer est la seule solution. Heureusement, vers 16h00, le mécano de ☠ donne enfin son accord pour payer la réparation. Le garagiste sympathique nous promet de tout faire pour que la pièce arrive au plus vite et pour que la voiture soit prête le lendemain matin.

Le soir, retour au Buffs, vu que c’est le seul restaurant potable, mais une soirée bingo pour les membres a déjà rempli la salle à manger. On nous conseille de repasser vers 20h00. On patiente en allant prendre l’apéro dans un bar complètement vide à donner le cafard. Pour couronner le tout, voilà que débarque une aborigène bourrée dont nous n’arrivons pas à nous débarrasser. Ca n’a pas l’air de déranger trop Florent qui sirote sa bière tranquillement. La créature ne voulant pas nous laisser tranquilles, on s’enfuit du bar…

Water Pump

Trajet : Devil’s Marbles-Mt Isa : 777 km

Petite promenade dans les Devil’s Marbles le matin. On aperçoit nos deux rangers d’hier soir. Une centaine de kilomètres en direction du Nord et nous voici au carrefour : nous quittons la Stuart Highway pour nous diriger vers l’Est. Objectif : Mt Isa, une ville minière. Paysages encore plus monotones qu’hier. Route ultra-droite et pas un arbre : on se croirait dans l’Ouest du Kansas !

Environ 10 km avant Mt Isa, un bruiement inquiétant provenant du capot de croûtemobile nous indique que notre carrosse semble avoir un léger problème de santé. Arrrgh ! Le ventilateur et l’accessoire qu’il entraîne ont piteuse mine : l’axe a un jeu énorme, et c’est tout juste s’il tient encore en place. Par miracle, on arrive à parcourir les quelques kilomètres qui nous séparent de la ville et l’on s’arrête dans un camping. L’agence de location suspecte et arnaqueuse (nommée ci-après “l’Agence”) étant déjà fermée, on téléphone à l’assistance 24h incluse dans le contrat. Après quelques rebondissements, un mécano se présente au camping et s’approche de l’objet de nos inquiétudes, trônant le capot ouvert. Sans mot dire, il secoue le ventilateur. S’en suit le dialogue suivant, digne de la cité de la peur :

Dépanneur Bourru : U need a new wate’ pum’ !
Matteo : a ouate?
Dépanneur Bourru : U need a new wate’ pum’!
Matteo : a water pump?
Dépanneur Bourru : Yep, and u’re lucky u made it to Mt Isa!

Sur ce, au revoir m’sieur dame, notre dépanneur bourru remonte dans sa voiture, nous laissant bien perplexes, et forcés d’attendre le lendemain pour téléphoner à “l’Agence”.

Une nouvelle galère commence lorsqu’il s’agit de trouver un restaurant. Si l’on élimine les fastfoods, il ne reste vraiment plus grand choix. On finit par s’établir au “Buffs”, un club avec resto, bar et un fort long urinoir (les urinoirs australiens mériteraient qu’on s’y arrête plus longuement, mais bon…) Nous y restons jusqu’à la fermeture, ce qui ne semble pas assez pour Florent qui part avec quelques Australiens rencontrés sur place pour tester la pipe à eau locale, et aller boire quelques bières supplémentaires dans le boui-boui local ouvert jusqu’à point d’heure. Matteo et moi le regardons s’éloigner en taxi et nous rendons soudain compte que c’est lui qui a les clés de la Rolls. Résultat : pas de matelas ni de sac de couchage, nous voilà contraints de grelotter dans la tente, avant d’avoir l’idée de démonter la tente de Florent afin d’utiliser la toile extérieure comme couverture. Florent ne reviendra que bien plus tard, étant donné qu’il a tenté de rentrer à pied au camping, et qu’il s’est perdu en chemin, a escaladé des barbelés et a fini dans la mine de Mt Isa, où un securitas lui a gentiment appelé un taxi !

Un Ranger Timide

Trajet : Alice Springs-Devil’s Marbles : 410 km

Visite d’Alice Springs le matin, avec principalement du shopping en quête d’art aborigène à ramener à nos parents. Florent achète un manteau de cow-boy et découvre avec stupeur qu’il y a aussi un modèle pour chien. Ensuite, départ de la ville vers le Nord, pour rejoindre la Barkly Highway qui part vers l’Est et la côte.

Si jusqu’à présent les routes avaient toujours été variées et intéressantes, nous voici maintenant sur une route on ne peut plus droite, avec rien à gauche et rien à droite, si ce n’est des termitières. En fin d’après-midi, arrivée aux Devil’s Marbles, un parc national composé de rochers plus ou moins sphériques. Il y a une place de camping rudimentaire où nous nous installons. Il fait grand beau, ce qui nous permet d’assister au coucher de soleil, perchés sur les rochers. Le soir, après un barbecue improvisé et quelques saucisses au mauvais goût, nous assistons au speech donné autour d’un feu par deux rangers du parc : le Maître, vautré dans sa chaise de brousse muni de l’incontournable chapeau ad hoc et le Padawan, apprenti un peu timide. Ce dernier, tout en se triturant les mains nous explique quelles sont les principales tâches des rangers. La plus importante selon lui, le contact avec le public, manquait visiblement de pratique.

Une route non goudronnée

Trajet : Kings Canyon-Alice Springs : 540 km

Départ pour Kings Canyon le matin, où l’on effectue une jolie balade dans un cadre magnifique. Une montée brusque et raide ouvre l’itinéraire, ce qui nous permet de semer les touristes débarqués par cars, et de se retrouver presque seuls sur l’itinéraire. Aucune barrière le long du canyon : on peut aller où l’on veut et s’approcher autant qu’on le désire du bord de la falaise. Le sommet du canyon est recouvert d’une roche en couches qui ressemble à s’y méprendre à un immense mille-feuille.  Au fond se trouve une gorge à la végétation luxuriante judicieusement nommée le jardin d’Eden. Une fois terminé, nous nous rendons à Kings Resort pour compléter notre pic-nique, en partie mangé le soir d’avant.

Après le dîner, nous reprenons la voiture en direction d’Alice Springs. La carte routière montre que l’on peut économiser 140 km pour atteindre la ville si l’on emprunte une route non goudronnée sur 100 km. Florent et moi, motivés par la perspective de sortir des sentiers battus, proposons cet itinéraire, d’autant plus qu’il s’agit d’une bonne route secondaire et non d’une piste pour 4 WD. Matteo, toujours inquiet pour la voiture (et au volant à ce moment), nous dit qu’il veut bien essayer un bout, mais le ton de sa voix nous indique que l’on peut toujours courir ! Et sans surprise aucune, après avoir parcouru quelques 22 petits mètres sur la piste non goudronnée notre chauffeur effectue un brusque demi-tour pour revenir sur la route principale car ça vibre trop à son goût et qu’il ne peut pas le supporter. S’en suit une série de remarques acerbes de la part de Florent  et moi  qui déclenchent une crise internationale: Matteo  s’éteint et se contente de conduire sans dire un mot. Un silence de mort règne dans la voiture durant environ 150 km, avant que les conversations ne reprennent comme si de rien n’était… Arrivée à Alice Springs dans l’après-midi.

Les 3 Suisses

Trajet : Yulara-Kings Canyon : 422 km

Réveil avant l’aube pour tenter le lever de soleil sur Uluru à 7h31. Sans être totalement dégagé, le ciel semble plus dégagé qu’hier. malheureusement, une fois sur place, force nous est de constater que (bien qu’au dessus de nos têtes le ciel est assez dégagé) de gros nuages sont agglutinés à l’Est, en plein sur la trajectoire du soleil. Et donc sans surprise, le jour se lève, mais Uluru reste imperturbablement brun… Caramba ! Mais quoi de mieux qu’une petite marche de bon matin ? Nous nous engageons donc sur le chemin de 10 kilomètres qui fait le tour de la bête. Nous sommes déçus de constater que nombreux sont les touristes qui ont décidé de ne pas respecter la culture et les croyances aborigènes et qui entreprennent l’ascension du rocher, bien que les aborigènes, propriétaires ancestraux de ces terres, souhaitent que l’on s’en abstienne.

L’après-midi est consacrée à 2 balades dans les Olgas, des formations rocheuses à une quarantaine de kilomètres d’Uluru. On marche entre d’immenses rochers rouge-orange, et le chemin au fond de ces gorges se fraie un passage dans une végétation étonnante d’un vert foncé presque bleu qui contraste avec la couleur de la roche. Cet endroit est encore plus joli qu’Uluru, et agréablement moins touristique. De plus, on ne passe pas inaperçus avec nos T-shirts suisses que nous a donnés Florent. Le soir, on se dirige vers Kings Canyon, et vers 19h00, nous nous arrêtons dans un camping. Nous sommes escortés à notre emplacement par un employé portant un chapeau de cow-boy rose… Surprise en arrivant à la petite cantine du camping : il fallait commander la nourriture avant 18h30 si l’on voulait manger là. Comme nous somme littéralement au milieu de nul part, nous sommes donc contraints de puiser dans le pic-nique du lendemain…

Un gros caillou

Trajet : Coober Pedy-Yulara : 797 km

Bizarrement au matin, il nous faut réveiller Matteo qui d’habitude bouge toujours le premier. Il faut donc en conclure que Matteo est un réveil solaire qui ne fonctionne donc pas dans le camping souterrain. Impressionnant paysage à la sortie de Coober Pedy : des petits tas à perte de vue provenant des excavation des prospecteurs d’opale.

Notre voyage se poursuit en direction du Nord, et nous arrivons à Yulara en fin d’après-midi. Il s’agit d’un complexe touristique complètement artificiel dont une partie est complètement guindée, mais qui possède quand même un camping pour les moins argentés. Cela restera quand même le camping le plus cher des vacances, mais c’était la seule possibilité de dormir près d’Uluru (Ayers Rock). Pour la première fois depuis le début des vacances, il nous faut monter les tentes sous la pluie. Pffff, au milieu du désert ! Tout fout l’camp…

Nous partons ensuite voir ce fameux caillou, mais les nuages denses nous empêchent bien sûr d’assister au coucher de soleil qui transforme la roche brune en une masse rougeoyant qui fait la célébrité du lieu. Le soir, souper à “l’outback barbecue”, seul endroit du complexe de Yulara ou l’on peut se procurer de la nourriture à un prix presque acceptable. Horrible ambiance de club med et soirée à thème Rock’n Roll. Les serveurs portent des perruques à la Elvis d’un ridicule extrême et il y a un DJ avec une veste à paillette qui s’ennuie à cent sous l’heure derrières ses platines…

Une force mystérieuse

Trajet : Port Augusta-Coober Pedy : 613 km

Cette fois ce sont les choses sérieuses qui commencent avec la remontée du désert en direction des parcs nationaux du centre de l’Australie. Nous abreuvons donc copieusement notre croûte en prévision des prix prohibitifs de l’essence dans le désert, puis partons à l’assaut des terres rouge feu, mais oh surprise, on a beau être dans le désert, le ciel est complètement couvert et nous recevons même quelques gouttes de pluie !

Au début de l’après-midi nous arrivons à Coober Pedy, ville de mineurs d’opale d’un autre monde. Le paysage est dantesque ; on se croirait sur la lune, entourés par les tas provenant des excavations. Pour se protéger de la chaleur étouffante de l’été et des froides nuits d’hiver, la plupart des habitants vivent dans des trous qu’ils ont excavés dans la roche et aménagés : les « Dugouts ». D’ailleurs nous nous arrêtons dans un camping qui possède des sites souterrains pour y installer les tentes. Non seulement les maisons, mais la plupart des bâtiments sont souterrains. Nous visitons donc une église serbe orthodoxe et une église catholique, toutes deux creusées dans la roche, puis nous nous rendons chez Tony, un habitant de la ville qui fait visiter sa maison, ce qui nous a permis de voir comment les gens vivent et aménagent leurs dugouts.

Une fois sortis, Florent émet le souhait d’aller visiter la maison d’un autre habitant de Coober Pedy : Crocodile Harry, un ancien chasseur de crocodiles qui s’est reconverti dans l’opale et la collection de strings (dont il a orné son dugout). Étant donné que le monsieur souffre du cancer, Matteo et moi préférons ne pas le déranger et faire autre chose à la place. Notre refus plonge Florent dans un mutisme boudeur que l’on ne remarque pas tout de suite. Ce n’est que lorsque je propose d’aller boire une bière et que Florent ponctue mon idée d’un MPFFF amorphe que nous nous apercevons qu’une crise internationale est sur le point d’éclater. Matteo profite du rond-point dans lequel nous étions engagés pour faire demi-tour et partir à la recherche de la tanière de Crocodile Harry, que l’on explore.

La visite terminée, et la crise désamorcée, nous allons boire une VB bien méritée avant de retourner au camping où l’on visite la mine des propriétaires. D’une manière dynamique et amusante, on nous explique le « b a ba » de la recherche de l’opale, et comment fabriquer des explosifs ! Certaines de nos lacunes scientifiques (si l’on peut encore en avoir après 4 ans de poly 🙂 ) sont même comblées, puisque l’on apprend l’existence d’une force mystérieuse qui fait s’agiter des baguettes métalliques lorsque l’on passe sur une veine d’opale. Par contre la Force n’avait pas l’air d’être avec les quelques touristes qui se sont essayés à la manoeuvre. Vraiment dommage que l’on ait pas fait de photos…